lundi 13 janvier 2014

Le Nouveau Monstre, janvier 2014 :



Le bon, la brute et le Fumier. Albert Fumier.

Il est paumé le bon, il sait plus. Il en veut à tout le monde et parfois même à ses anciens amis, le pauvre. Tout se perd, les valeurs sont floues, il ne sait plus qui croire et en vient même à penser que l’ennemi avait raison. Il est au bord du toit, au 14ème étage. Plutôt au 2 ou 3ème d’ailleurs, ceux habitant plus haut, dans les ZUS, étaient informés de la dérive bien avant lui et ont su s’y habituer, garder leur morgue dans leur bouche faute de soutient voisin et par soucis de survie,
« d’intégration ».

En un clin d’œil, tout s’éteint. Marie Jeanne.

Ma vie, c’est de la merde. Quant à mon avenir, il ne s’annonce pas merveilleux. Je le sais et je le sens dans mon corps, ma vie ne vaut pas la peine d’être vécue. Je m’achemine vers la mort, comme tout être vivant sur cette terre, sauf que mon chemin est bien trop long, bien trop semé d‘embuches… Je le vois serpenter à l’horizon. Il ne m’annonce rien de bon ce salaud ! Alors c’est décidé je veux en finir. Je vous l’annonce à tous : je veux mourir.

L'interview de Gustavo : Victorienne.

© Anja Rakotoarimanana
Ça faisait trop longtemps que les personnes qui répondaient à mes questions avaient des testicules, il fallait remédier à tout ça. Voilà chose faite avec ce mannequin sublime rencontré lors d'un shooting. J'ai toujours su que les filles les plus jolies étaient aussi les plus intéressantes... La preuve en mots ! Gustavo Mazzatella.

GM : Tu as commencé le mannequinat à quel 
âge ?

VM : A 20 ans, c’était il y a deux ans.

De la nuisance du marmot. Mary Poppins

2014. On recommence. Les vœux pleuvent, tombent d’un peu partout, de la RATP (supprimez les grèves et soyez ponctuels, ce serait déjà bien) à la fille qu’on a dégagée de nos contacts il y a trois ans parce qu’on ne pouvait pas l’encadrer, personne ne nous épargne.

Je m’étonne encore de la persévérance que l’on peut mettre dans une telle

La blague du mois !

video

AUTOPORTRAIT. Gustavo Mazzatella.

Cette succession de mots et phrases est le fruit pourri d’une observation assidue de l’espèce humaine au cours des années 2000.

« L’humanité entière est en train de mourir, et sa mort est banale. » Pier Paolo Pasolini.

Les gens sont lâches, vulgaires, cyniques, impudiques, inintéressants, inintéressés, imbus de leur personne, sales, sages, moralisateurs, donneurs de leçons, réacs, ingrats, ignares, arrogants, irrespectueux, laids, moches, bêtes, linéaires, ternes, vides, veules, politiquement corrects, prévisibles,

La recette du mois !

La recette du mois : la soupe d’Odete !

Après les fêtes riches en calories et en dépenses, rien de tel qu’une recette « light » et économique pour ce début d’année 2014.

Toujours destiné aux nuls, voici une préparation simple à exécuter et qui ne vous coûtera pratiquement que le prix du gaz !!

La soupe de grand-mère Odete :