jeudi 17 novembre 2016

Le Nouveau Monstre, novembre 2016 :


Une abstention intime. Gustavo Mazzatella

Samedi 5 novembre 2016, Dominique De Villepin invité politique chez Ruquier, pour la sortie de son livre « Mémoire de paix pour temps de guerre ». Je regarde sur Youtube, vidéo de 48 minutes, il va quand même bien se dire pendant ce temps-là des choses intéressantes... Malheureusement, c’était sans compter sur les protagonistes principaux de cette émission, qui n’aura décidément jamais eu la moindre once d’utilité. Je suis encore trop naïf, parfois...

Ruquier se sent obligé de lancer l’émission sur les primaires à droite, que Villepin balaie rapidement, en disant qu’il n’y est évidemment pas favorable. Il sait bien que les campagnes présidentielles sont déjà beaucoup trop longues, trop rapprochées aussi, alors nous faire chier avec des primaires dans les deux soi-disant grands partis, c’est vraiment la goutte d’eau pour faire déborder le vase.

Ensuite, séquence assez plaisante, car le Havrais à lunettes ne pose pas de question mais évoque brièvement l’idée générale que développe Villepin dans son livre, à savoir le fait que la France intervient trop et fait la guerre à des pays qui ne

La dictature du cool. Mary poppins

J’essaie de t’éviter, pourtant tu pollues mon espace visuel et auditif. Je ne sais pas comment on pourrait t’astreindre au silence et à la transparence, car malgré ce que tu revendiques, tu n’es pas un unique et différent, mais une armée de pareils. Tu m’empoisonnes ici, mais je pourrais toujours essayer de t’échapper, je te trouverais de la côte Est à la Côte Ouest, à Londres, à Amsterdam, à Berlin et encore tout autour. Tu as fait ton nid de l’Occident parce que tu y as trouvé toute la petitesse d’âme qu’il te fallait pour t’épanouir. Tu t’es auto-marketé sous l’appellation ‘génération y’, mais ta vermine dépasse largement le cadre des deux

Consommation. Mary Poppins


La donation du mois !


The american dream. Gustavo Mazzatella

Mercredi 9 novembre 2016, les Français se sont réveillés avec la gueule de bois. Les électeurs Américains avaient finalement choisi Donald Trump comme président. Commenter cette élection n’a plus grand intérêt, ça a tellement été fait... Mais il fallait revenir sur deux points importants.

« Ça fait un peu le même effet qu’un attentat. L’envie de dire à ceux qu’on aime qu’on les aime. L’effroi. La peur. La tristesse. »

Tout d’abord, la réaction qu’a suscité l’élection de Trump chez mes chers compatriotes. Mais pourquoi les Français et autres Occidentaux ont-ils été autant « touchés » par cet événement ? Au fond, Donald Trump ou une autre, ça ne change pas grand chose. Il faut dire que les médias Français se sont fait d’un écho assourdissant sur cette élection, tout en appuyant grassement sur l’horreur que représente Trump, contrairement à Miss Clinton, le fameux moindre mal selon eux. Qu’est-ce qu’ils ont été lourds, encore une fois... En réalité, le seul point sur lequel nous sommes concernés, c’est la politique internationale que va mener le 45ème président des États-Unis. Selon les dires des deux ex-candidats, le winner mal

Communication visuelle. Mary Poppins


Le sondage du mois :